" /> General - Mon para-monde
Flux RSS

jeudi 21 juin 2012

Mise en place de la distrib pour le Raspberry Pi

Une fois le Raspberry Pi branché au sortir de sa boite vous êtes en présence d'une très jolie brique. Et oui sans un OS, le R-Pi ne peut strictement rien faire...

Dans mon cas, j'ai choisi d'y installer une Raspbian, distribution encore en Beta qui est une version optimisée pour le R-Pi de Debian.

Comme il n'existe pas de Raspbian officielle, il faut installer une version image "préparée" par un utilisateur. Dans mon cas, j'ai choisi une Pisces.

L'installation :

D'abord, il faut récupérer l'archive au format ZIP sur la page ci-dessus puis la décompacter. On obtient alors un fichier .img que nous allons écrire sur une carte SD de taille compatible. Ca tombe bien, j'ai acheté une SD de 4Go :). Prenez votre temps c'est un chouilla long (enfin rien de comparable à une recompilation de noyau :) )

Une fois l'image disponible, on insère la carte SD et il faut repérer son nom de device (son entrée sous /dev/ ). Dans mon cas, c'était /dev/mmcblk0 (si il y a des partitions, elles s'appellent mmcblk0p1 par exemple, ce ne sont pas elles qu'il faut utiliser). Si le système est réglé pour monter automatiquement les cartes insérées, il faut "l'éjecter" depuis le système tout en la laissant dans l'ordi pour qu'elle reste accessible à bas niveau exclusivement.

On écrit ensuite l'image sur la carte via le classique dd sous mon linux (pour les autres systèmes, à vous de voir... :) ).

dd bs=1M if=/chemin/vers/l/image.img of=/dev/mmcblk0

Bien entendu, il faut adapter les chemins de fichiers.

La procédure d'écriture est, elle-aussi, très longue ; il y a 4Go à transférer n'oubliez pas !

Une fois le dd terminé, un petit sync qui ne coûte rien pour être sûr qu'il n'y ait pas des octets qui se soient perdus en route et on peut éjecter la carte SD (il n'y a pas à la démonter, elle n'était pas montée je rappelle).

Le lancement du R-Pi

Maintenant que la carte est prête, on l'insère dans le R-Pi et on met le jus ! Le démarrage prend une 30aine de secondes.

Perso, je n'ai pas d'écran compatible (HDMI ou Composite) (et n'ai pas l'intention d'investir) donc après avoir sondé le réseau à la recherche de l'adresse IP de la boiboite, je lance plutôt un client SSH. L'utilisateur par défaut est raspbian avec comme mot de passe... raspbian.

Et c'est ainsi que littlebrick (le nom que je lui ai ensuite donné) est venu à la vie.

La prochaine fois, nous verrons les modifs à faire tout de suite à la première connexion.

mercredi 25 janvier 2012

ELV MAX! Début d'exploration

Je vais vous épargner le détail de la méthodologie mais pour faire simple. Il faut sniffer le réseau entre l'appli java qui réside sur l'ordinateur et le boîtier. Pour cela, j'ai fait brutal (parce que bien sur l'appli ne marche que sous Windows) : j'ai intercalé un ordi entre les 2, mis en place l'IP forwarding et lancé mon fidèle wireshark (un logiciel de capture de trame réseau et d'analyse). On peut aussi bien sur capturer directement sur l'ordinateur "source".

Voici les premiers constats :

  • l'appli se connecte à son lancement au cube sur le port 80, on se dit alors Chouette il y a un serveur web embarqué. Hélas on déchante vite car une fois l'appli connectée, impossible d'initier une autre connexion TCP/IP vers le port 80. Le cube ne supporte qu'un seul logiciel de commande à la fois...
  • il ne s'agit pas de HTTP non plus. En effet, toute connexion même sans envoi de requête génère une réponse du cube. Voici un exemple de réponse à l'ouverture d'une connexion (sans rien envoyer) :
H:IEQ0112240,007ead,0109,00000000,673a0152,00,32,0c0110,1306

M:00,01,VgIHAQdDdWlzaW5lAP4uAgtTYWxsZSBkJ2VhdQD99QMNQ2hhbWJyZSBMdWNhcwCWrAQTQ2hhbWJyZSBGcmVkIExvdWxvdQCZbwUGQnVyZWF1APttBg1TYWxsZSBkZSBiYWluAPx4BwVTYWxsZQCWkgcBAP4uSUVRMDE4NDgxMgdDdWlzaW5lAQEA/fVJRVEwMTg0NzQ0C1NhbGxlIGQnZWF1AgEAlqxJRVEwMTg2MTYyDUNoYW1icmUgTHVjYXMDAQCZb0lFUTAxODMzMTcTQ2hhbWJyZSBGcmVkIExvdWxvdQQBAPttSUVRMDE4NDk5OQZCdXJlYXUFAQD8eElFUTAxODUxNjYNU2FsbGUgZGUgYmFpbgYBAJaSSUVRMDE4NjExNw9TYWxsZSDDoCBtYW5nZXIHAQ==

C:007ead,7QB+rQAJAf9JRVEwMTEyMjQwAAsABEAAAAAAAAAAAP///////////////////////////wsABEAAAAAAAAAAQf///////////////////////////2h0dHA6Ly93d3cubWF4LXBvcnRhbC5lbHYuZGU6ODAvY3ViZQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAENFVAAACgADAAAOEENFU1QAAwACAAAcIA==

C:00fdf5,0gD99QECFP9JRVEwMTg0NzQ0KCA9CQcYAzAM/wBESFiFRNhY8FEDRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERIWIZE2VEDRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgREhYbETeWORRAkUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBESFhsRN5Y5FD3RSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERIWGxE2VEDRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgREhYbETeWORRAkUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBESFhsRNhRFUUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIA==

C:0096ac,0gCWrAEDFP9JRVEwMTg2MTYyKCA9CQcYAzAM/wBEYFD+RSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERgUP5FIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgQElUYkDTUQVBIEEgQSBFIEUgRSBFIEUgRSBASVRiQNNRBUEgQSBBIEUgRSBFIEUgRSBFIERgUP5FIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgQElUYkDTUQVBIEEgQSBFIEUgRSBFIEUgRSBASVRiQNNRBUEgQSBBIEUgRSBFIEUgRSBFIA==

C:00fb6d,0gD7bQEFFP9JRVEwMTg0OTk5KCA9CQcYAzAM/wBEVFEKRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERUUQpFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRFRRCkUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBEVFEKRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERUUQpFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRFRRCkUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBEVFEKRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIA==

C:00fc78,0gD8eAEGFP9JRVEwMTg1MTY2KCA9CQcYAzAM/wBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIETRVPBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgPSA9ID0gPSA9ID0gPSBFIEUgRSBFIEUgRSA9ID0gPSA9ID0gPSA9IEUgRSBFIEUgRSBFID0gPSA9ID0gPSA9ID0gRSBFIEUgRSBFIEUgPSA9ID0gPSA9ID0gPSBFIEUgRSBFIEUgRSA9ID0gPSA9ID0gPSA9IEUgRSBFIEUgRSBFIA==

C:00996f,0gCZbwEEFP9JRVEwMTgzMzE3KCA9CQcYAzAM/wBEYFR0ROpRFEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERgVHRE6lEURSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgREhUYkTSVQNFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBESFRiRNJVA0UgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERgVHRE6lEURSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgREhUYkTSVQNFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBESFRiRNJVA0UgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIA==

C:00fe2e,0gD+LgEBFP9JRVEwMTg0ODEyKCA9CQcYAzAM/wBEVFR4UMBU8EUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERUVHhQwFTwRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRE9UbUzbVPBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBET1RtTNtU8EUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERPVG1M21TwRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRE9UbUzbVPBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBET1RtTNtU8EUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIA==

C:009692,0gCWkgEHFP9JRVEwMTg2MTE3KCA9CQcYAzAM/wBEVFUJRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERUVQlFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRFRVCUUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBEVFUJRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIERUVQlFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRFRVCUUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBEVFUJRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIEUgRSBFIA==

L:CwD99QkSGA0oAN0ACwCWrAkSGAAoAN8ACwD7bQkSGAAnANcACwD8eAkSGAAeAKkACwCZbwkSGAAqAP8ACwD+LgkSGC8qAM8ACwCWkgkSGGQqAMsA
  • Les paramètres comme on peut le voir ne sont pas très intuitifs, il va falloir creuser.
  • Certains éléments sont invariants et permettent d'avoir quelques indices : Le premier champ de la ligne H: reprend exactement le numéro de série situé sous le Cube. Je l'appelle ligne "Hôte" ("Host" en anglais)
  • L’enchaînement de ces lignes est immuable mais certains éléments varient beaucoup (par exemple le 5ème champ de la ligne H: différent à chaque reconnexion et ne semblant suivre aucune logique de progression) ou peu (Le contenu de la ligne L: )
  • Les données situées après la virgule des lignes C: sont probablement des données spécifiques à chaque élément du système (1 ligne par élément) car on trouve 8 lignes dans 2 formats (1 ligne dans 1 format et 7 dans un autre) et j'ai 7 thermostats et 1 cube. De plus la ligne H: qui contient le n° de série du Cube possède en champ 2 "007ead" présent en entête de la ligne C: dont le format diffère des autres. A priori ces données ne varient pas si on ne dérègle rien dans l'appli, j'imagine que ce sont les lignes de configuration. Petit nom, "Config".

Il va falloir décoder ces lignes maintenant.

Si on continue de suivre le fil des événements réseaux, l'appli envoie des commandes "l:" qui entraînent la réémission d'une ligne "L:" qui au bout d'un certain temps peut discrètement varier. J'imagine qu'il s'agit des données "live", zou voila le nom trouvé. La ligne M... faut voir...

Au final on se sent revenu au bon vieux temps où la place disque/réseau/ram était chère. On va pouvoir s'amuser ! :)

dimanche 4 janvier 2009

Echec à l'Aurea : Je viens de voir mon premier film qui passe mal sur ma super télé.

Comme vous le savez peut-être, j'ai une télé assez chouette (selon mes gouts bien sûr): Une Philips AUREA (42PFL9900D), celle avec le cadre lumineux d'ambiance.

J'ai toujours été ravi du plus qu'apportait cet éclairage qui litéralement envahit la pièce et donne une profondeur étonnante à quasiment toutes les images.

Les quelques images de "Sin City" que j'avais regardé dessus, sans être exceptionnelles gagnaient en dynamisme et l'ambilight accompagnait bien l'action

Et bien l'autre soir, j'ai trouvé LE film qui rendait mochissime avec ce petit bijou technologique : Sweeney Todd (film que par ailleurs, je n'ai pas tant apprécié que ça...).

Ce film à la photo très sombre et très travaillée est quasiment irregardable avec l'ambilight activé, l'image qui pourtant est tout en finesse apparait sombre et terne une fois le dispositif en marche. Doté que de très rares scènes rythmées, le Spectra ne se déclenche quasiment jamais, laissant le pourtour diffuser un gris blaffard bien plus lumineux que le film lui-même.

Seules les 2 scènes (la scène du pic-nic et la scène finale) volontairement très riches en couleur explosent sur tous les murs de la pièce.

Conclusion, si vous voulez voir Sweeney Todd, désactivez l'ambilight...

jeudi 12 juin 2008

Compiz (via Ubuntu 8.04 "Hardy Heron") sur un Sony VGN-S1HP

Devant les coups de colère de ma p'tite femme contre la lenteur et le bruit de ventilo de son portable, je lui ai remplacé son XP vieillissant contre une Ubuntu 8.04 toute neuve. Si l'installation s'est passée sans problème majeur, j'ai eu un petit problème avec Compiz alors autant le marquer ici pour en faire profiter tout le monde

mercredi 19 mars 2008

Les fondateurs tombent comme des mouches

   

Après Gary -(A)D&D- Gygax la semaine dernière, c'est Arthur C. Clarke que HAL vient de projeter vers un champ de monolithes noirs.

Clarke était en effet l'auteur de "2001 : A Space odyssey" (alias la sentinelle et d'autres nouvelles) et de bien d'autres ouvrages de SF tout en étant aussi un moteur scientifique majeur par lui-même.

Sa pensée était souvent précise et ses bons mots, nous rappelaient toujours à la reflexion, alors en hommage je vous donne les citations qui sont mes préférées :

«Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie.»

«Deux possibilités existent : soit nous sommes seuls dans l'univers, soit nous ne le sommes pas. Les deux hypothèses sont tout aussi effrayantes.»

«C’est le propre du barbare de détruire ce qu’il ne peut comprendre.»

vendredi 7 mars 2008

Gygax sur xkcd

mardi 4 mars 2008

Fumble... final...

Mouais, rien de bien gai aujourd'hui...

Je viens d'apprendre que Gary Gygax, celui par qui nombre d'entre nous ont pris pied dans le monde du jeu de rôle est décédé aujourd'hui.

Sans lui et AD&D je n'aurais probablement jamais lancé des D4 D6 D8 D10 D12 D20 D30 D100 ou quoi que ce soit... En fait, c'est Aerenldhir qui doit être triste même s'il n'est qu'une feuille de perso oubliée dans une pochette à élastique quelque part au fond du garage de mes parents...

Et n'oubliez pas :

vendredi 14 décembre 2007

Le lecteur d'empreinte du F3Sv fonctionne sous linux

... enfin presque...

Le projet fprint a réussi a créer un driver pour l'AES1610, le lecteur d'empreinte qui équipe l'ASUS F3SV.

Il faut compiler depuis les sources, mais ca marche... Enfin quand je dis ca marche, ca veut dire que le scan de l'empreinte fonctionne, malheureusement, n'étant pas un spécialiste de la compilation je n'arrive pas à générer le module PAM qui me permettrait de l'utiliser pour me connecter à ma machine. Cependant j'ai pu tester avec le logiciel de démo (fprint_demo) et mes jolis didis sont bien reconnus par la bêêête.

M'enfin bon, vu le numéro de version (0.0.5), je vais être un peu patient.

Pour ceux qui voudraient continuer à gratter un peu plus, c'est sur Sourceforge que se trouvent les tarballs qui vont bien :

Téléchargement sur Sourceforge

vendredi 7 décembre 2007

Cher Papa Noël, pour les fêtes je voudrais...

Amis early-adopters, mon cadeau de Noël est arrivé, il s'agit du dernier écran LCD Philips, j'ai nommé le 42PFL9900D plus connu sous son petit nom AUREA. Certes, il vaut un rein et 2 lobes de foie mais bon il est superbe. :)

samedi 13 octobre 2007

ASUS F3Sv AK143c : Changement de PC portable réussi

La vie de mon ancien portable (ACER Travelmate 803LMi) tirant à sa fin, je me suis lancé à la recherche de son successeur.

J'ai eu une hésitation sur le Dell XPS M1330 qui était bien tentant mais virtuellement indisponible (le site annonce 1 mois de délai minimum, les retours de consommateurs vont jusqu'à 3 mois).

J'ai ensuite écumé la plupart des marques sans trouver mon bonheur principalement à cause d'un de mes prérequis : un écran d'au maximum 15,4", de préférence en 4/3 d'une résolution minimum de 1400x1050 (celle de mon Travelmate)

Pour finir, je me suis arrêté sur le portable depuis lequel je tape ces quelques mots : un ASUS F3Sv-AK143c

jeudi 24 mai 2007

Pas cher mon Aibo, pas cheeerrr !

Vous avez toujours voulu avoir un Aibo ?

Vous n'avez pas la brouette d'Euros nécessaire pour l'acheter sur Ebay (les prix s'envolent depuis que la production est stoppée) ?

J'ai la solution !

mercredi 23 mai 2007

hira hirapa ? kata katastrophe ? mais gana à coup sûr !

Lorsqu'on apprend une langue on commence toujours par l'alphabet (surtout quand il est différent du notre).

Dans le cas du japonais, il y a 3 systèmes d'écriture : 2 syllabaires et des hiéroglyphes... oups des Kanjis ! :)

Dans un premier temps, il faut commencer par les hiraganas et les katakanas. Il n'y a pas de secret, c'est du par coeur.

Allez au boulot ! et pour répéter/pratiquer un petit site.

jeudi 10 mai 2007

Bienvenue

Vous connaissiez mon site sur le remplacement médical ?
Le blog de mon Aibo ?
Aroma, le site d'aromathérapie de ma femme ?

Et bien voici mon blog.

Il est actuellement brut de décoffrage, avec des squelettes de base, mais je vais essayer de faire progresser ca très vite.

Il est propulsé sous dotclear

Au fiat, je me suis inscrit sur Technorati Technorati Profile